Parler de passions au recruteur sans être chiant - RH qui vous veut du bien


 
Face au recruteur, pas facile d'être captivant... 
 
Études en lettres, obtention du diplôme chéri, conflit avec son patron, envie de nouveaux challenges professionnels... Ces info sont intéressantes mais difficile avec ça de passer un moment funky !

Puis vient le moment fatidique...
 
 
Recruteur fun : "Tiens, parlez-moi un peu de vos loisirs... Qu'aimez-vous faire durant votre temps de libre ?"
 
Candidat encore plus fun : "Les séries. Et les voyages."
 
Recruteur fun : "Ah c'est original..."
 
 
Terriblement original. Je n'arrive même plus à me rappeler le nombre de candidats qui m'ont donné cette réponse. L'ancienne recruteuse que je suis préfère oublier...

Sommes-nous obligés d'être chiants même lorsque nous parlons de nos passions ? Nos loisirs, nos centres d'intérêts, nos passions : des choses qui créent chez nous des émotions HYPER agréables. 
 
La joie de faire quelque chose qui nous plaît à 100%.
L'excitation de découvrir de nouveaux trucs.
La sérénité, le fait de se sentir léger, sans aucun objectif à accomplir.
 
Alors pourquoi on (se) fait chier (l'autre) lorsqu'on parle de nos passions au recruteur ?

La peur d'être soi face à un(e) inconnu(e) ? 
Le manque d'audace ? 
Le manque de créativité ?
 
Abandonnez vos mauvaises habitudes ! Je vais vous expliquer comment faire. Quand vous parlez de vos centres d'intérêts dans un CV ou lors d'un entretien de recrutement, quelque chose doit se passer. Vous mettez en avant votre personnalité et vous créez des émotions chez le recruteur. Vous lui faites passer un bon moment.
 
Tout le monde aime passer de bons moments. Même les recruteurs et RH qu'on déteste tant.
 
Et non, parler de ses passions ne sert pas à rien
 






Ma passion : la musique






 
Je serai votre cobaye : je vais prendre en exemple une de mes passions. J'adore la musique. Pourtant je n'ai ni les cordes vocales de Whitney Houston, ni le talent musical de Bob Marley... Juste une adoration pour la musique :
 
Je la découvre.
Je laisse Deezer me proposer des chansons jamais écoutées auparavant. 
Je surveille H24 les analyses musicales de Steevy de MusicFeelings. Grâce à lui, je découvre des artistes dont on ne parle pas - ou plus - à la télé ni en radio.
 
Je la savoure.
Je l'écoute jusqu'à l’écœurement mais ce dernier ne vient jamais. La playlist tourne encore et encore...
 
Je la décortique.
Je prends plaisir à lire et analyser les paroles des chansons. C'est comme ça que j'ai appris les bases (grammaire et vocabulaire) du créole Martiniquais et Guadeloupéen.
Même chose pour les biographies des artistes. Qui est qui, pourquoi avoir écrit cette chanson, quelle est sa signification : je veux savoir ! Merci Google, merci Wikipédia, que ferai-je sans vous !
 
 
(...)

 
Là, 1 heure s'est écoulée. J'ai stoppé l'écriture de cet article pendant 1 heure parce que j'ai voulu faire ma détective... Saviez-vous que :

  • Lenny Kravitz s'est inspiré de sa rupture douloureuse avec son ex-femme Lisa Bonnet pour composer son 1er grand succès, son album "Mama Said" ?
  • La "Blue Note" - note bleue in French - est une note jouée ou chantée plus basse, utilisée pour faire ressentir des émotions désagréables (tristesse, nostalgie) ? L'expression "Blue Note" vient des artistes afro-américains qui intégrèrent ces notes particulières dans les Negro spirituals (chants religieux des esclaves). On l'entend bien dans le Blues et le Jazz.


Pour poursuivre l'apprentissage, lisez cet article réflexif sur la notion de musique noire.
 
 
Lectrice intéressée : "Merci Roseline pour l'info"
 
Professeure Roseline : "Je t'en prie. Tu peux mourir... Euh je voulais dire dormir en paix !"
 
 
 

Une journée sans musique ? Inconcevable.

 
 
 
Parler de passions au recruteur sans être chiant - RH qui vous veut du bien
Lui non plus a du mal à faire sans musique...

 
 
 
Dans un futur proche, je testerai des cours de chants. Je veux comprendre ce que ma voix grave est capable de faire. On chante faux parce qu'on chante ce que notre voix n'est pas capable de faire. Si un Gainsbourg s'était mis à chanter comme un Marvin Gaye, les fans auraient été moins nombreux. "La Javanaise" n'aurait pas eu la même saveur...
 
Je testerai aussi des cours de batterie ou de guitare. J'admire profondément les artistes accomplis : qui chantent, écrivent leur texte et/ou composent leur musique. Pas de mépris pour les interprètes mais 5% de respect pour eux - allez 10% -.
 
Et si je deviens riche et que je gagne encore une fois le fameux sésame LinkedIn Top Voices - est-ce qu'il y aura un LinkedIn Top Voices en 2050 ? -, j'installerai un home studio de la taille d'un cinéma.
 
Juste pour frimer. Et pour chanter moins faux pendant des heures. Le bonheur quoi.




Situation n°1 : 

Parler de ses passions dans le CV




La fameuse rubrique "Centres d'intérêts" ou "loisirs". Moi je l'aime bien cette petite rubrique : c'est là où l'on peut vraiment se lâcher !

 
Coach Emploi chiant : "Il faut mettre ce loisir parce que cela montre votre esprit d'équipe et puis..."
 
 

Non. Vous êtes libre de mettre ce qui vous plaît !

Si vous avez des centres d'intérêts qui sortent de l'ordinaire, c'est top. Mettez-les fièrement dans votre CV. Tricot, pétanque, plongée sous-marine, escalade, haltérophilie, origami... Vous avez honte de vos passions ? Non alors indiquez-les !

Plus votre loisir est original, plus il :

  • Piquera la curiosité de l'employeur
  • Fera sourire ce recruteur
  • Surprendra votre futur manager

 

Mes centres d'intérêts ne sont pas originaux. Je ne vais pas mettre "collectionneuse de timbres" pour jouer la carte de l'originalité... Mettre "musique" dans son CV est boring. Beaucoup d'êtres humains apprécient la musique. 

Alors comment puis-je parler de ma passion sans ennuyer le recruteur ?

 
 
L'anecdote insolite !
 
 
 
Celle qui étonne
Celle qui est croustillante. 
Celle qu'on balance à ses amis. 
Celle qu'on cache en contexte pro.
Celle qui donne des indices sur votre personnalité.
 
 
Anecdote insolite n°1 : J'écoute plus de 4H de musique par jour
 
Si je n'ai pas ma dose musicale, mon visage fait la gueule. Comme un fumeur en manque de cigarette. Ayant des goûts très éclectiques : Hip-Hop, Zouk, Soul, Rnb, Afrobeats, Kompa, Pop-Rock, Variété française, Musique Cap Capverdienne, Electro, Reggae... 4H ça va très très vite !
 
 
Anecdote insolite n°2 : Mon record d'écoute est de 10H en 1 jour
 
Ce jour-là c'était la fête ahah !
 
Sport en musique : 2H
Travail en musique : 4H
Longue douche en musique : 1H - la planète me pardonnera -
Cuisine en musique : 1H
Fin de soirée fun en musique et danse : 2H 

Ai-je besoin d'ajouter autre chose ?

 
Anecdote insolite n°3 : J'ai déjà écouté la même chanson 10 fois d'affilée. Oui c'est possible.
 
Voici les chansons coupables :


 
Brandy - Baby Mama (2020)
 




Norah Jones - Flame Twin (2020)
 





Anecdote insolite n°4 : le plus long concert auquel j'ai assisté a duré 2H30

Mon meilleur concert : Jamiroquai. Un groupe de Funk avec des touches d'électro. Le show était TOP : le chanteur Jay Kay a toujours une voix impeccable à 50 ans - les musiciens étaient en forme - plus de 20 chansons ont été jouées - le public était chaud et il y a eu 1 rappel. Un concert gravé dans ma chair.
 
Merci à Arte de me refaire vivre l'extase !


 
 
 
 
Comment mentionner ces anecdotes dans mon CV ?
 

Anecdote 1 ou 2 :
 
Musique afro-américaine : plus de 4H d'écoute par jour
Musique : record d'écoute de 10H en 1 jour (Hip-Hop, Pop-Rock, Kompa)

Anecdote 3 ou 4 :
 
Music lover : j'ai déjà écouté 10 fois la même chanson d'affilée
Music addict : j'aime les concerts de 2H30 (Jamiroquai)
 
 
Aucun doute, ma rubrique "centres d'intérêts" attirera l'attention et marquera les esprits de ces chers recruteurs.
 
Quelle anecdote préférez-vous ? Laquelle aimeriez-vous voir dans un CV ?
 
A votre tour de faire la même chose avec vos centres d'intérêts ! Un peu de réflexion et de créativité et hop vous trouverez les infos insolites qui feront sourire les recruteurs !
 



Situation n°2 : 

Parler de ses passions en entretien





On peut parler de ses passions en entretien avec un discours sympa !
 
Mon astuce : reprendre votre anecdote insolite, celle mentionnée dans votre CV, et la détailler. Décrivez votre anecdote comme si vous étiez en train de discuter avec un(e) ami(e). N'attendez pas que le recruteur vous pose des questions du genre Parlez-moi de vous... 


Recruteur qui fait tout le job : "Que faites-vous en général ? (...) Pouvez-vous me donner un exemple ? (...) Depuis combien de temps avez-vous cette passion ?"


Prenez les devants ! Imaginez ceci : vous êtes au théâtre, vous racontez votre histoire à des centaines de spectateurs. Avec un début, un milieu et une fin : les 3 devant être alléchants


Le début : le pourquoi
Expliquez pourquoi vous aimez tant ce centre d'intérêts ! Comme dans chaque histoire, le début est un excellent moment pour évoquer des souvenirs, un moment précis de votre passé.
 
Sympa à dire : Cette passion a commencé à 6 ans quand j'ai reçu mon premier Walkman - baladeur à cassettes pour les novices -. Le Walkman c'était une chouette invention !


Le milieu : le quoi
C'est là où vous racontez votre anecdote insolite. 
Il se passe toujours des péripéties au milieu d'une histoire. Au ciné, au théâtre, en littérature, il y a toujours un élément perturbateur qui casse le bon déroulé de notre journée : une mauvaise nouvelle, un nouveau personnage, un truc qui s'effondre... Réfléchissez à cet élément perturbateur qui est venu sur votre chemin.

Sympa à dire : Quand j'écoute une musique que j'adore, je suis capable de l'écouter 10 fois d'affilée ! Oui je vous assure ! La dernière fois cela m'est arrivé avec la chanson "Baby Mama" de Brandy. J'étais prête à l'écouter 20 fois mais à la 10ème écoute, mon téléphone s'est éteint. Plus de batterie.
 
 
 
Parler de passions au recruteur sans être chiant - RH qui vous veut du bien
Agaçant.

 
 
 
La fin : le comment
Qu'est-ce qui se passe à la fin d'un film ? C'est LE moment où les émotions sont au summum. On nous abreuve d'émotions intenses pour finir l'histoire en apothéose. Dans quel but ? Ressentir un MAX d'émotions et se souvenir de cette fin même 20 ans après.
 
De la tristesse lorsque Jack se perd dans l'eau glacée et laisse seule Rose.
De la peur lorsque Jack - un autre moins sympa - armée d'une hache poursuit son fils Danny dans un labyrinthe.
De la joie lorsque Harry déclare sa flamme à Sally donnant naissance à une belle histoire d'amour et un mariage.
 
 
Pour raconter au mieux la fin de votre histoire, décrivez vos propres émotions : ce que vous ressentez lorsque vous faites cette activité que vous aimez tant. Quelles sont vos émotions ? Comment elles se matérialisent sur votre visage ou corps ? En parlant de vos émotions, le recruteur ressentira lui aussi ces émotions. Vous serez connectés.
  
Sympa à dire : C'est un besoin vital d'écouter de la musique. Elle me permet de décompresser après une longue journée de travail. Elle me permet aussi de me sentir légère, bien dans ma peau. J'ai souvent un sourire en coin qui se dessine sur mon visage quand j'écoute de la musique.

 

 

On peut parler de ses passions avec des actes sympas !
 
Vous commencez à me connaître : l'audace est mon 2ème prénom. La chance sourit aux audacieux n'est-ce pas ?

J'aime poser des actions inattendues, faire des trucs que les autres ne font pas. Après avoir parlé de ma passion pour la musique, je sortirai un petit bout de papier et le donnerai au recruteur en lui disant "Si vous voulez me découvrir encore plus, lisez-ça !".

Mais qu'aurais-je écrit sur ce bout de papier ? Une idée ?

Allez, je suis gentille, je vous laisse regarder mon bout de papier...

 

 

Pour X, recruteur au sein de Y

"Roseline Laloupe en 7 chansons"

 

Quand j'ai célébré mon diplôme du CELSA : 

"Happy" de C2C

(Électro) 

 


 

Quand je me prends pour la révélation "chanteuse de l'année"

"Manzè Madi" de Loriane Zacharie (feat Victor O)

(Zouk/Pop kreyol)
 
 
 


Quand je décompresse après une longue journée :

"Woman" de Warped

(Reggae)

 


 

Quand je souhaite travailler en musique : 

"Personne ne gagne" de Joseph d'Anvers 

(Pop/Variété française)

 


 

 Quand je suis en joie : 

"Anmwe Sekou" de Klass

(Kompa)

 

 

 et

"Segredu" de Mayra Andrade

(Musique capverdienne : Morna & Coladeira)

  
 

 

Quand je souhaite faire découvrir une chanson à mes futurs collègues de travail : 

"Tadow" de Masego

(Soul/Rnb) 

 




Maintenant à vous de jouer... Inspirez-vous de mes astuces pour parler de vos centres d'intérêt avec passion et sans chiantise ! Les recruteurs comprendront que vous êtes des candidat(e)s pas comme les autres...

 

Pour découvrir mes autres astuces audacieuses

Mes 2 programmes sont là pour vous servir !


Mets de l'audace et de la stratégie dans ta recherche d'emploi !

C'est par ici

 

Crée des candidatures sympas à lire !

C'est par

 

 

Je vous laisse, j'ai de la musique à écouter ! 😉

 

 

 

 Signée RH qui vous veut du bien !

 

 


 

 

Et si tu trouvais ENFIN un job fait pour toi ?

 

Personne ne devrait être obligé d'envoyer des tonnes de candidature pour trouver un job...

 

Grâce à moi, tu apprends à faire une différence sans faire le toutou.

Employeurs et recruteurs n'auront qu'un mot à la bouche :

 

"Je veux vous rencontrer !"

 

Découvre mon programme pour les chercheurs d'emploi audacieux

 

 Le Félin 

Mets en avant ta personnalité et attire le job qui te ressemble !

 

C'est par !

 

 

Algorithme et post LinkedIn - RH qui vous veut du bien !

 

L'algorithme des réseaux sociaux est un mystère. Beaucoup de gens veulent comprendre comment est foutu cet algorithme afin de :

Booster leur visibilité
Toucher les bonnes personnes
Agrandir son réseau
 
Il y a comme une obsession de la part des utilisateurs. LinkedIn n'échappe pas à la règle - eh merde ! -


Professionnel curieux : "Mais comment cet algorithme fonctionne ? Je dois le découvrir !" 

Professionnelle savante : "Ah enfin je connais tous les secrets de l'algorithme LinkedIn !"

Professionnel fanatique : "Argggh il me faut acheter ce nouveau bouquin sur les algorithmes !! Pas grave si c'est le 10ème dans ma biblio !"

 

Franche, je le serai du début à la fin : oui c'est agréable de voir plus de 100.000 vues sur ses posts et articles. Encore plus agréable de franchir les barres de 10.000 ou 50.000 abonnés. 

A moi le job d'influenceur, à moi les contrats avec des marques, à moi le passage en télé, à moi l'argent !!

Sauf qu'un contenu chiant reste chiant. Algorithme ou pas.

Que tu comprennes l'algorithme de LinkedIn - Facebook, Youtube etc. - si ton contenu est nul, il le restera. L'algorithme n'est pas LA première chose à laquelle tu dois penser lorsque tu souhaites créer du contenu sur un réseau social. 

Les spécialistes Marketing ont oublié de te le dire ? Ou sont-ils persuadés que l'algorithme fait 90% du job ?

 
Je suis venue te faire des bonnes piqûres de rappel. 
 
Parce que je suis une blogueuse depuis 2016,
Parce que je suis une Communicante - diplômée d'une école de com, le CELSA -
Parce que j'aime lire des articles et posts pas chiants sur LinkedIn,
Parce que j'en ai marre que tu passes à côté de l'essentiel...




Un gâteau splendide mais mauvais 

est toujours un gâteau mauvais




Privilégier la forme au contenu : voilà ce que les spécialistes Marketing et aficionados de l'algorithme te demandent de faire. 
 
L'injonction à la mode : l'algorithme aime les posts avec des images !

On te recommande de te creuser les méninges pour faire :
 
  • De belles images
  • De belles photos
  • De beaux PPT
 
Afin que ton post ou article EXPLOSE sur les réseaux sociaux. Parce que c'est connu, le visuel attire l'attention, intrigue, donne envie de déguster ton article ou post.

A la boulangerie, nous portons nos yeux sur les pâtisseries les plus belles.
Dans la rue, nous sommes happés par les êtres humains les plus séduisants.
 
De belles couleurs, de belles formes, une belle taille : je me souviens d'un macaron à la framboise situé dans une vitrine d'une boulangerie parisienne. J'avais autre chose à faire que de contempler un macaron à la framboise mais il était sublime. Obligée de mater et de l'acheter !



Algorithme et post LinkedIn - RH qui vous veut du bien !
Humm qu'est-ce qu'il était bon ce macaron !




Nous sommes attirés par le "beau" - la notion du beau reste néanmoins subjective -. La dernière beauté à la mode sur les réseaux sociaux dont LinkedIn : le carrousel.

Qu'est-ce que c'est le carrousel ?

Un truc qui va révolutionner tes posts : tu vas passer de 10.000 à 30.000 abonnés en 6 mois grâce au carrousel. Non je déconne. Les spécialistes LinkedIn eux ne déconnent pas... Le carrousel est un fichier PDF composé de plusieurs pages que tu peux ajouter à tes posts. Quel est l'intérêt ? Tu peux partager tes astuces ou raconter une histoire de manière détaillée avec des images, des polices spéciales, des logos...

C'est intuitif : on fait défiler les pages PDF en cliquant à gauche ou à droite, comme avec un e-magazine. Grâce au carrousel, ton post peut faire de l’œil à beaucoup plus de gens. Cependant, certains déconseillent d'utiliser le carrousel d'images sur notre site Internet.

 
 
Mais un gâteau mauvais construit sur une pièce montée géante de 10 étages, reste un gâteau mauvais.
 
Tu peux faire le plus beau des carrousels, si ton post n'a rien d'intéressant à dire, il n'intéressera personne. C'est simple, basique mais apparemment le rappel s'impose. Quand je vois le nombre grandissant de professionnels faire l'apologie du beau au détriment du contenu, je suis verte.

Spécialiste malin : "Tu ne sais pas de quoi parler dans ton post ? Oh pas grave, fais un carrousel et tu auras des likes !"

Non. S'il y a une chose sur laquelle tu dois te focaliser en premier c'est le texte. Parce que le visuel attire mais le contenu retient et engage. Si des professionnels me contactent et investissent 2.000€ dans un de mes accompagnements, ce n'est pas à grâce à la beauté de mes carrousels. C'est grâce au message dans mes posts.
 
 
 
Cette phrase n'est pas de moi mais de Mohamed Achahbar. Un homme intelligent, très cultivé, vif d'esprit et qui œuvre pour donner envie aux gens de s'exprimer. Pour l'avoir rencontré, la discussion a été fort intéressante ! Ah ça me crève le cœur de dire ça : 
 
 
Mohamed tu vas bien aujourd'hui ?


J'ai répondu à son post en disant ceci :  
"Si ton objectif est de divertir le peuple, oui la forme importe. Si ton objectif est d'inspirer, de créer une réflexion et d'inciter les personnes à oser, le fond est crucial. Il l'emporte sur la forme."
 
Point. 
Et à la ligne pour écrire ce nouveau message à Mohamed :
 
 
 
Algorithme et post LinkedIn - RH qui vous veut du bien !

 
 
Aujourd'hui, produire du contenu sert uniquement à divertir le peuple ? Et bien il faudra me rayer de la liste vite !



 
 
 

Un bon gâteau se fait avec de bons ingrédients,

pas avec les ustensiles à la mode

 



 
Privilégier l'outil à la communication : c'est le 2ème précepte cher aux passionnés des réseaux sociaux.

L'injonction à la mode : apprends TOUT sur l'algorithme de LinkedIn ! Webinar, atelier, formation : fonce !

Qu'est-ce que je m'enfous de l'algorithme de LinkedIn... J'assume. En tant que Communicante, qu'est-ce que j'en ai à foutre de savoir :
 
A quelle heure publier un post ?
Quel(s) mot(s)-clef(s) attirent les foules ?
Les posts avec carrousels marchent bien ou pas ? - voir point précédent -
Combien de hashtags faut-il choisir ?

Argghh c'est fatiguant. A aucun moment je ne vois la question essentielle :
 
Quels sont les bons ingrédients pour écrire un post ou un article sympa à lire ?
 
 
 
Les professionnels se posent des questions qu'ils ne devraient pas. 
 
Un bon gâteau se fait lorsqu'on a trouvé les bons ingrédients :  
"J'ai mis des courgettes, du piment et des écrevisses avec des pommes. Ça va être bon !"
 
Un bon gâteau se fait lorsqu'on a la bonne méthode de préparation : 
"Mettre les œufs avant ou après la farine, peu importe non ?"

Pour réussir un gâteau, on se focalise sur le rouleau à pâtisserie dernier cri ? Ou sur la recette de cuisine ? Pourquoi vous ne suivez pas cette logique lorsqu'il s'agit de confectionner des posts et articles croustillants ? Quand tu auras fait des dizaines, des centaines de gâteaux, tu pourras ENFIN te poser la question "quel est le meilleur outil pour booster la visibilité de mon contenu". 
 
Es-tu arrivé(e) à cette étape ? On connaît la réponse.
 
 
 
Algorithme et post LinkedIn - RH qui vous veut du bien !
Aucun ingrédient oublié cette fois-ci ?

 
 

Idem pour le SEO. Les spécialistes - Marketing, Vente, Rédaction web tout y passe... - s'en donnent à cœur joie pour te conseiller sur ce sujet.

Faut-il écrire un article court ou long ?
Quels thèmes marchent le plus ?
Quel titre choisir ?

Ces questions sont intéressantes, je ne dis pas le contraire. Mais est-ce la 1ère chose à laquelle penser ? Là tu cherches à pimper un article qui n'existe même pas encore...
C'est triste que des spécialistes écrivent des articles tels que "Comment améliorer ses chances d'avoir un article qui performe ?" et à aucun moment il n'est question du mot magique : Communication.
 
Écrire un texte percutant
Développer son style d'écriture 
Créer des émotions
Raconter une histoire qui sera lue du début jusqu'à la fin

Les techniques de communication sont délaissées alors qu'elles constituent LES ingrédients d'un contenu qui performe. C'est comme ça qu'un post ou un article fera sourire ou pleurer, inspirera la foule, donnera envie de contacter son auteur.

Est-ce que ces spécialistes s'en foutent de la Com autant que je m'en fous de l'algorithme ? Sûrement. C'est un problème car un contenu ne peut s'écrire sans connaître ni s'intéresser à la Communication. Après, ne nous étonnons pas si LinkedIn pullule d'articles et posts emplis de banalités. En mode détente "à la Facebook" avec des posts de chats et de gentilles mamies.
 
 
PS : Merci Cyril Bladier pour cet article. Grâce à toi, les professionnels écriront des articles pour plaire aux robots - Déesse algorithme Maria -. Ils n'écriront pas pour plaire aux êtres humains.


Moi je suis un humain. Et je continuerai à écrire du contenu pour des humains. Que l'algorithme soit content ou pas. Car derrière un algorithme, se cachent des humains qui seront...

Contents de voir une RH dénoncer l'injonction à la transparence en entretien
👉 Un post sans image et sans carrousel

Surpris de voir un(e) entrepreneure dire haut et fort : "Je ne fais plus de gratuit !"
👉 Un post sur l'argent et le refus à la gratuité : c'est tabou et ça fait pas très généreux...
 
Curieux de savoir comment peut-on mettre en avant son identité noire
👉 Un article sensible et hyper long de près de 3000 mots - à ne pas faire selon certains spécialistes -

 
Le point commun entre tous ces posts : la performance est au RDV.
 


- Post 1 -
71.000 vues / 1.100 likes / 220 commentaires
- Post 2 -
47.000 vues / 400 likes / 230 commentaires
- Article -
1.300 vues 
(de manière générale, les articles ont moins de vues que les posts)
400 likes / 110 commentaires



Moi, je veux bien t'aider à obtenir ces bons très bons résultats ! Mais es-tu prêt(e) à te mettre dans la peau de tout sauf un algorithme ?
 
Je t'aide à communiquer comme un être humain. Pour attirer d'autres êtres humains. Ça se passera durant mon atelier 100% en ligne 👉 Crée des posts sur LinkedIn qui donnent envie de te connaître !
 
 

Atelier crée des posts LinkedIn sympas - RH qui vous veut du bien !
Clique sur l'image et découvre le chouette programme de mon atelier !


 



Un bon gâteau est consommé

si la personne a faim

 


 

Privilégier l'objectif du vendeur plutôt que celui de l'acheteur : une règle inconsciente que l'on diffuse - consciemment ou non - dans ton esprit.

L'injonction à la mode : écris du contenu pour vendre tes produits.
 
Publie tous les jours
Fais comme tes concurrents
Écris sur tel domaine
 
Tu dois écrire des posts ou des articles juste pour vendre. Pour gagner des clients. Pour gagner de l'argent. Publier, publier, publier... C'est pour cela que des professionnels utilisent des outils d'automatisation pour faire des publications everyday sur ce réseau social. A mon sens, c'est l'une des 4 mauvaises pratiques à ne plus faire sur LinkedIn.
 
On nous gave d'informations alors que nous n'avons pas faim. Mais qu'est-ce qui donne envie d'acheter un gâteau ? C'est la faim. J'ai envie de me remplir le bide donc je mange. Ce joli macaron à la framboise, je l'ai acheté et savouré parce que j'avais faim - ben oui c'était l'heure du goûter -. Non parce qu'on m'a envoyé 30 messages privés "achète et bouffe ça !"
 
 
 
Algorithme et post LinkedIn - RH qui vous veut du bien !
J'ai toujours faim moi !

 
 

Rédiger du contenu pour vous "forcer" à manger tel produit : c'est malsain. Les gens en ont marre de ces techniques marketing qui trompent le jugement de l'acheteur.

Parce que l'objectif final est de vendre, on va écrire du contenu "fast-food". On appelle cela le "fast content" - bof le nom ne donne pas franchement envie de goûter - L'objectif est de gaver le peuple de nourriture rapide, pas chère et faible en nutriments. On te conseillera d'écrire des posts juste pour être vu(e). Et ce même si tu n'as rien à dire. A cause de cette règle, on se retrouve à lire des posts où les lignes se suivent mais n'ont (plus) aucun intérêt pour le lecteur.

 

Lectrice au bord de la crise de foie : "La bienveillance c'est bien, le management toxique c'est mal. Roo c'est bon ! J'ai compris au bout du 200ème post... !"

 

On écrit pour être vu(e), non pour inspirer.

Cela ne m'enchante guère. Je rêve de voir plus de professionnels écrire du contenu pour :

Inspirer le monde à agir autrement
Être soi-même et mettre en avant sa personnalité
Créer des discussions mémorables
Créer une réflexion sur ce qui se passe en entreprise, dans notre société



Ah cher Cyril Bladier... Il dit ce que d'autres colportent sur la création de contenu : "LinkedIn enterre définitivement les articles". Autrement dit, laissez tomber les articles, privilégiez les posts. 

Hum... Et si j'ai besoin de détailler ma pensée au delà de 1300 caractères ? Tant pis, je dois écrire uniquement des posts. Parce que l'algorithme n'aime pas les articles.

 

L'article n'est pas mort. C'est l'article mauvais qui est décédé.
 
 
Mes articles sont bons, en toute subjectivité. Pour de l'objectivité, je vous laisse lire mes autres articles sur mon blog ou mon profil LinkedIn. Ainsi que les commentaires positifs écrits sur chacun de mes articles.

Ah tenez, voici le dernier message privé que j'ai reçu sur LinkedIn :
 
 


Une fan qui ne sera jamais rassasiée.



 
Cette lectrice en a eu pour son estomac sans gavage de ma part.
 
En respectant les règles de com, un article bien rédigé est performant. Mon contenu marque les esprits parce qu'il n'est pas chiant. La preuve que l'article n'est pas mort. Je me suis amusée à comparer les articles de Cyril Bladier sur LinkedIn et les miens - oui j'aime les problèmes (ironie) -. 
 
Sur ses 10 derniers articles (au 18 Janvier 2021), son taux de like moyen - apparemment seuls les chiffres comptent pour ces passionnés de l'algorithme - est de 132. Son taux de commentaires moyen est de 64. Autrement dit, il obtient en moyenne 132 likes et 64 commentaires par article
Prenons mes articles : sur les 10 derniers, le taux moyen de likes est de 262 et le taux moyen de commentaires est de 102. Autrement dit, j'obtiens en moyenne 262 likes et 102 commentaires par article.
 
J'obtiens le double de ses résultats sans rien n'y connaître à l'algorithme, c'est comique. Pourtant, je ne suis pas un clown, juste une professionnelle qui connaît bien les techniques de com, ce qui explique l'engagement dans mes posts ET articles. Bien que ces derniers ne respectent pas les rè-règles chéries de ces spécialistes.
 
Disclaimer : Mon intention n'est pas d'insinuer que les articles de Cyril Bladier sont chiants à lire. Je ne sais pas je n'en ai lu qu'un seul. Mais un vendeur est un vendeur. Une communicante est une communicante. Pourquoi suivre les conseils d'un vendeur pour apprendre à communiquer à l'écrit ? 

Où est le bons sens là dedans ?


Algorithme et post LinkedIn - RH qui vous veut du bien !
C'est simple non ?


Te concentrer sur l'algorithme ne te fera pas écrire de bons articles ni de bons posts. 
Apprendre les bonnes techniques de communication, s'intéresser à la rédaction de contenu, lire plusieurs livres, découvrir la psychologie humaine (biais cognitifs par exemple), cela te permettra d'écrire du contenu intéressant. Il sera naturellement boosté sur LinkedIn. Parce que des êtres humains partageront, commenteront, likeront ce post ou cet article. L'algorithme n'aura pas le choix que de s'incliner.

Veux-tu apprendre à communiquer comme un être humain ?

J'ai créé spécialement pour toi cet atelier 100% en ligne ! Je sais que tu te poses des questions. Je te donnerai les bonnes réponses pour que tu produises des posts et articles croustillants sur LinkedIn. 
 
Tu sauras :
 
  • Développer une VRAIE stratégie de contenu
  • Donner envie aux lecteurs de cliquer sur "voir plus"
  • Rédiger de A à Z un post qui génère des likes et des commentaires
  • Agrandir ton réseau et créer le lien avec d'autres professionnels

L'atelier arrive à grands pas 👇
RDV le 30 Janvier de 15H à 18H.

Pas de panique, il y aura un replay pour tous les inscrits indisponibles ce jour et cet horaire là. Tu pourras le visionner quelques jours après la date de l'atelier.

 

Atelier crée des posts LinkedIn sympas - RH qui vous veut du bien !
Clique sur l'image, tu ne le regretteras pas !



On se retrouve là-bas ?
 
Les professionnels veulent lire du contenu sympa à lire. Pas de la soupe froide.
 
 
 
 
 
 

 

Condamné à la langue de bois sur LinkedIn ? - RH qui vous veut du bien

 

Disclaimer : 

Cet article contient une réflexion et des propos sans langue de bois. Cette lecture risque de compromettre le déroulement de votre journée car rien n'est fait pour protéger votre égo. Âme sensible et bienveillante s'abstenir. Vous ne connaîtrez jamais le contenu de cet article mais ça sera un mal pour un bien.



Devons-nous... Dois-tu... Dois-je faire de la langue de bois sur LinkedIn ?

 

Cette question tourne en boucle dans ma tête depuis des semaines. Non, depuis des mois à vrai dire.

6 ans que je suis sur LinkedIn.

4 ans que j'écris et publie des articles sur ce réseau social.

2 ans que je communique à ma façon : brute, sans chichi, directe. Et sans faux-semblant.

 

Au fur et à mesure que mes écrits se multiplient, la langue de bois s'efface. Mais LinkedIn est un réseau social professionnel réunissant un paquet - des centaines de millions - d'utilisateurs. 

Qui dit professionnel dit :

Tailleur tiré à quatre épingles,

"Sincères salutations" à toutes les sauces,

Photos avec des collègues happy,

Sujets sérieux traités avec sérieux.

Et langue de bois. 

 

La norme actuelle est de recourir à cette langue de bois. Elle berce nos oreilles à chaque fois que nous lisons des articles, des posts, des interviews, des profils de gens sur LinkedIn. Du salarié au PDG, peu importe le statut social, la langue de bois est utilisée par tous et sans modération.

Mais c'est quoi la langue de bois ? A quoi sert-elle ?

Suis-je condamnée à l'utiliser sur LinkedIn ? 

Dois-je définitivement l'abandonner ou la reprendre dans ma vie ?




L'art de communiquer pour mieux niquer




La langue de bois c'est l'art de communiquer pour mieux niquer l'autre. C'est ma définition. Le dictionnaire L'Internaute est plus poli :

 

"Expression ou parole dénuée de réalité, préconçue, qui ne répond pas au problème posé. Message intentionnellement truqué".


La langue de bois est un outil de pouvoir et de manipulation. Pas étonnant qu'elle ait été développée par des politiciens notamment en Europe de l'Est au XIXème siècle. Cette langue de bois a permis de convaincre les foules des bienfaits des conflits armés. La guerre c'est la paix, comme le précise George Orwell dans son ouvrage 1984.

La langue de bois est aussi un outil de séduction. Elle a été très utilisée par les spécialistes du marketing et de la vente durant l'entre-deux guerres. Edward Bernays est considéré comme le père de la propagande économique moderne. Grâce à ses stratagèmes en communication et relations publiques, les américains mangent du bacon et des oeufs chaque matin. Il nous a fait croire que ce petit déjeuner faible (en nutriments) et riche (en calories) était bon pour notre santé avec la complicité des médecins. C'est sympa.


La finalité de la langue de bois ? Toujours la même : faire croire des choses fausses et créer un troupeau de gens qui pensent et agissent d'une seule et même manière. Elle est intrinsèque à notre société moderne. Que nous écoutions le discours d'un(e) politicien(ne), que nous regardions des émissions télé ou que nous soyons face à un(e) fonctionnaire d'une administration : la langue est la même. 

Comment LinkedIn pourrait échapper à cela ?

 

 


LinkedIn et sa chère langue de bois...


 

 

La langue de bois est partout : Facebook, Snapchat, Youtube... Mais c'est sur LinkedIn qu'elle est davantage visible, perceptible. LinkedIn est l'adresse emblématique pour déguster du politiquement correct et de la bienpensance creuse
 

"Vos articles sont ridicules et détestables. Passez une bonne journée !"
 
Règle n°1 : être poli(e) en toute circonstance. Surtout lorsqu'on vient de cracher à la figure - à tort ou à raison - de quelqu'un.

Ce que j'ai envie de répondre : Pourquoi me souhaites-tu bonne journée alors que tu viens de me descendre con***d ?
 
 
 
 
Condamné à la langue de bois sur LinkedIn ? - RH qui vous veut du bien
Avec le signe de politesse qui va avec.

 
 
 
"Comme annoncé en kick-off meeting, nous planifierons plusieurs workshops afin de créer une synergie et des accords win-win. Je prendrai le lead sur ce projet"

Le monde professionnel aime les anglicismes. C'est connu, plus on parle franglish, plus on est performant. LinkedIn est le royaume de la novlangue où chaque équipe (gestion de projet, IT, management, marketing etc) peut rivaliser avec les autres...
 
Ce que j'ai envie de répondre : Celui qui fait le plus d'anglicismes gagne une coupe à la fin ou c'est comment ?

 
"Les échecs ne sont pas des échecs. Ce sont des expériences de vie dont il faut tirer du positif"
 
Sur LinkedIn, quelques minutes suffisent à comprendre que le feu ne brûle pas. Non, il caresse notre peau afin que nous prenions conscience de la chance de pouvoir ressentir la chaleur. J'apprends vite à faire de la langue de bois dis donc ! Bref, le mal n'existe pas donc pas question d'en parler sur ce réseau social.

Ce que j'ai envie de répondre : J'ai perdu mon homme et mes enfants dans un accident de voiture. Je dois remercier l'univers pour cette expérience positive ?
 
 
Vous voyez de quoi je parle maintenant ? Je suis sûre que vous avez d'autres phrases en tête... Il n'y a que sur LinkedIn que l'on voit ces 3 exemples de langue de bois. Le point en commun entre les 3 : celui d'agacer l'autre.





Comment agacer l'autre ?






Technique n°1 : dire des mots pour ne rien dire



Petit rappel : LinkedIn est un réseau social. Par conséquent, les individus peuvent communiquer entre eux. Depuis plusieurs années, le réseau social encourage les professionnels à prendre la parole via les articles, les posts, les lives, les newsletters (réservés à certains membres).

L'abus est là. Les outils pour communiquer sont tellement multiples que les individus en profitent. Tout est prétexte pour dire des choses qui ne servent à rien.
 
Écrire des posts quotidiens pour dire bonjour à son équipe
Écrire "Cordialement" à la fin de CHAQUE commentaire
Publier un post pour dire qu'on ne sait pas quoi dire
Publier un article pour dire que la bienveillance c'est bien et la malveillance c'est mal

Sérieusement, sommes-nous obligés ?
 
Après avoir dit "vos articles sont ridicules et détestables", la logique veut que la personne trace sa route sans dire "cordialement" ni "bonne journée". C'est ce que nous faisons dans la vraie vie non ? Le bon sens a disparu sur Internet, c'est dommage !


Cette technique m'agace parce qu'elle est ridicule. Quand il n'y a rien à dire, il vaut mieux ne rien dire. OK vous passerez pour quelqu'un de froid mais vous ne serez pas ridicule.
Cette technique n°1 aura de longs jours devant elle : les professionnels continueront à faire ça sur LinkedIn. Pour garder la face et montrer qu'ils sont gentils.
 
 
 
Condamné à la langue de bois sur LinkedIn ? - RH qui vous veut du bien
Regardez comme je suis un gentil élève !

 
 

Technique n°2 : ne pas aller à contre-courant de la masse



Sur LinkedIn, les gens font des choses non pas parce qu'ils en ont envie mais parce qu'ils ont vu leurs pairs agir ainsi. Du mimétisme ? Oui ils en font. C'est pratique, cela crée un sentiment d'appartenance à un groupe, une communauté. Quand ils agissent comme les autres, ils deviennent à leur tour membre d'une confrérie suprême. Légitimes aux yeux de tout le monde, ils le sont.
 
 
 
Si la masse le fait, vous devez le faire.

 
Le problème est là : suivre le troupeau sans se demander "Est-ce pertinent de faire ça ?"
 

Parler des sempiternels sujets sur la bienveillance - c'est bon on a fait le tour non ? -
Mettre en avant uniquement les aspects luisants des choses
Écrire des posts et articles qui confortent la pensée majoritaire


Parce que nous sommes des professionnels sur un réseau social professionnel, nous devons :
 
  • Parler de sujets liés à notre métier, notre secteur d'activité 
  • Ne pas critiquer les entreprises qui nous emploient 
  • Écrire en commentaire "la majorité le dit donc je suis d'accord"
 
Pourquoi ne peut-on pas défendre ardemment son avis qui est contraire au reste du monde ? Les débats passionnés et ensanglantés n'ont pas leur place sur LinkedIn. 

J'aime les débats. J'aime défendre mes opinions. J'aime questionner les idées toutes faites. Ce n'est pas au goût des professionnels de ce réseau social. Je ne compte plus le nombre de fois où j'ai reçu des commentaires insinuant que j'étais une trouble-fête.
 

Professionnel sincère sur LinkedIn : "Il est important de faire preuve d'esprit critique. D'ailleurs, nous encourageons chaque personne à le faire sur notre page entrepri..."


Arrête ta langue de bois, ça donne la gerbe à force. Comme en entreprise, la règle est d'arrondir les angles et de préserver une bonne ambiance collective. Voilà ce qui importe.

 
 
 

Technique n°3 : cacher sous le tapis le négatif

 
 
Ma technique préférée. Enfin, celle que je préfère détester.
 
Dans 90% du temps, la communication sur LinkedIn est positive. J'ai l'impression d'être dans un rêve bleu si merveilleux : 
 
La lutte des classes n'existe plus. 
Bernard, PDG de l'entreprise A est super pote avec ses employés, tous niveaux hiérarchiques confondus. Il paraît qu'il fait des apéros dinatoires avec Céline de la Compta et Youssouf qui fait le ménage.
 
Le racisme n'existe plus. 
Tout le monde recrute et fait du business avec tout le monde. C'est bien connu, nous sommes tous pareils en cette République indivisible. Nous ne voyons pas les couleurs...
 
La méchanceté n'existe plus.
Que des témoignages adorables de patrons et d'actionnaires qui valorisent le capital humain. Et ces RH qui affirment respecter à chaque fois les candidats - Ohh que c'est beau - ! Personne ne snobe les candidats à en croire leurs publications sur LinkedIn.

Les ratés n'existent plus.
Je suis étonnée de voir autant de réussite, de gain, d'optimisation. La dernière fois que votre manager vous a dit "Nous avons perdu 30% de parts de marché à cause d'une mauvaise stratégie", c'était quand ?
 
 
Qu'est-ce que c'est moche. Lorsqu'on maîtrise les bases de la langue de bois, on la repère vite. 
J'aurais aimé une société où le négatif est absent à l'appel. Mais ce n'est pas le cas. Cela me fait chier de voir qu'on nie cette réalité en usant de la langue de bois.

Oui, il faut parler :
Des entreprises qui discriminent sur l'âge, la couleur de peau, le sexe et tout autre critère illégal !
Des personnes qui ont un management toxique !
Des RH, marketeurs, secrétaires, PDG qui agissent mal avec leurs collègues !


Heureusement qu'une RH est là pour dire haut et fort "J'ai pratiqué le bashing RH".




Comment voulez-vous améliorer les choses si vous ne parlez pas du négatif ?


Cette phrase, je la répète sans cesse. Il y a toujours une personne naïve pour me faire cette réflexion "Roseline, vous parlez encore du négatif. Je préfère voir le verre à moitié plein". Sans s'en rendre compte, cette personne ne fait pas avancer le débat et me condamne à faire de la langue de bois comme les autres. Je n'ai plus le droit de dénoncer ce qui ne va pas...
 
 
 
Condamné à la langue de bois sur LinkedIn ? - RH qui vous veut du bien
A quoi bon s'exprimer si on ne peut dire ce que l'on veut ?

 
 
La comédie théâtrale est prolongée grâce à LinkedIn. Depuis les années 1990, le langage en contexte professionnel a évolué. Positivement bien sûr ! Les mots jugés négatifs ont été remplacés par des mots neutres ou positifs.
 
 
Collaborateur pour ne plus dire salarié.
Accompagnement pour ne plus dire assistanat.
Capital humain pour ne plus dire ressources humaines - parce que oui les gens sont considérés comme des ressources dans une société capitaliste et marchande -
Réorganisation pour ne plus dire licenciement.
Compétitivité pour ne plus dire concurrence.
Adaptation pour ne plus dire soumission.


Que de mots redorés... Ne l'aviez-vous pas remarqué ?
 
La liste est encore longue. Vous pouvez découvrir le dictionnaire de la langue de bois créé par Le Pavé, une coopérative d'éducation populaire.




Le langage devient positif même lorsque la situation ne l'est pas...



La langue de bois fait en sorte "que les gens pensent de moins en moins critique par rapport à ce que l'on leur présente comme vrai". C'est ce que nous confie Jean-Paul Fitoussi, économiste français. Sa conclusion est la suivante : la Novlangue détruit nos modes de pensée, il l'explique dans son ouvrage Comme on nous parle - L'emprise de la Novlangue sur nos sociétés.
 
On nettoie le langage au Kärcher afin de faire perdre toute possibilité de voir, comprendre et critiquer le négatif d'une situation. LinkedIn n'échappe pas à cette convention. Cette langue de bois nous permet d'oublier la violence de certaines choses en entreprise, la violence de certains rapports entre humains.

Moi, je ne veux pas oublier.

Cette langue de bois sur LinkedIn - et ailleurs - me fatigue. Je ne m'y retrouve plus...





Que faire ?

 



Suivre la masse ?
 
Si je fais de la langue de bois sur LinkedIn, mes posts seront positifs, ma communication formelle et mon ton lisse. Je parlerai de sujets cool : bienveillance en entreprise, RH humaines, solidarité entre entrepreneurs blablabla. Juste pour me faire bien voir. Je ferai comme tout le monde et mes pairs m'accorderont plus de crédit - ironie du sort -. Je serai 10X plus invitée à des conférences et webinars.

Par contre, je serai 100% hypocrite. Mes posts et articles seront comme écrits par une autre personne. Bonjour la schizophrénie ! J'écrirai des choses sans vraiment les penser et je porterai mon masque qui m'étouffera petit à petit...

 
Définitivement sortir du rang ? 

Si je renonce à la langue de bois quotidienne sur LinkedIn ? Ah qu'est-ce que je me sentirai bien ! Je serai juste "Roseline". Légère, en paix avec moi-même. J'écrirai sur des sujets variés : la communication, l'emploi, l'amour, l'identité noire, les ressources humaines, l'argent. En mettant parfois en avant les points négatifs comme je l'ai fait avec La comédie (non)bienveillante en entreprise : la rémunération.
J'offrirai ma vulnérabilité à ceux qui voudront la recevoir. Ma communication sera 100% authentique, 100% spontanée. Rien à voir avec celle de beaucoup d'entrepreneurs ou spécialistes en Marketing sur ce réseau social. 
 

Mais la sanction sociale sera forte.
 
Être crainte. 
Être détestée. 
Être exclue.  
 


Condamné à la langue de bois sur LinkedIn ? - RH qui vous veut du bien
Être seule.


 
Avec comme risque de perdre des clients et des partenariats rémunérés. Autrement dit, je perdrai des opportunités pro et de l'argent. Jusqu'à preuve du contraire, nous vivons grâce à de l'argent.

Je ne sais vraiment pas quoi faire... Respecter le jeu social et pratiquer la langue de bois sur LinkedIn ? Ou la bannir de ma communication et être le vilain petit canard du groupe ? Nous sommes à la fin de l'article et pour une fois, je n'ai aucune solution, aucune idée précise. Le chemin me paraît obscur.


Et si je faisais les 2 ?
 
  • Pratiquer la langue de bois sur LinkedIn
  • Et rédiger du contenu 0% langue de bois sur une autre plateforme qui m'appartiendrait et qui serait réservé à certains lecteurs

 

Si la solution était de faire les deux ? Qu'en pensez-vous ?

Que conseillez-vous aux personnes qui veulent communiquer sans langue de bois ?



 Signée RH qui vous veut du bien !