Comment reconnaître la bienveillance en entreprise ?




La bienveillance. Un joli mot sur papier. Les entreprises en parlent de plus en plus. Elles veulent désormais notre bonheur. Elles veulent nous rendre heureux grâce à des « Chief Happiness Officer ». Vous n’en avez jamais entendu parler ? Mais si vous savez, ces personnes qui créent des ambiances conviviales, organisent des afterwork et vous apportent le petit déjeuner au bureau. C’est pas génial tout ça ?


Les entreprises veulent nous câliner. Elles nous proposent désormais des séances de massage entre deux réunions de 5 heures. Pratique pour mieux se tenir sur une chaise – ahah j’aime le sarcasme –
Les entreprises veulent prendre soin de nous. Elles nous offrent des séminaires à l’étranger et créent des temps d’échange à la suite d’un plan de restructuration organisationnelle – c’est le joli mot pour dire plan de licenciement… - Bref, elles sont bienveillantes. Elles nous veulent du bien quoi !
Mais moi, je me pose la question : qu’est-ce que la bienveillance en entreprise ? Les afterwork, les massages, les baby-foot ? Est-ce vraiment ça ?
N’y-a-t-il pas d’autres indicateurs qui montrent que votre entreprise est bienveillante ? Comment faire pour le savoir ?


J'ai listé 5 questions pour vous afin d’évaluer le niveau de bienveillance de votre entreprise. 
A chaque fois que vous intégrez une nouvelle société ou un nouveau secteur d’activité, prenez quelques minutes et posez-vous ces 5 questions
Pourquoi est-ce important ? Parce que vous ne pouvez pas travailler dans un environnement où règne la peur. Parce que vous ne pouvez pas travailler avec un manager qui vous met TER-RI-BLE-MENT la pression. Parce que vous ne voulez pas avoir la boule au ventre chaque matin. Parce que vous ne voulez pas être critiqué(e) sans cesse ! Imaginez votre état d’esprit à la fin de la journée. Sûrement pas très joli à voir...
Ce sont autant de situations non-bienveillantes A FUIR le plus rapidement possible ! Alors, comment reconnaître une entreprise qui vous veut REELLEMENT du bien ?



Question n°1 : Est-ce que l'on me dit bonjour ?



Posée comme ça, cette question peut vous paraître bête. Bien au contraire. Elle est très révélatrice du niveau de bienveillance en entreprise. Le « bonjour » en dit long sur la culture de votre entreprise et sur les mentalités des collaborateurs.
Le bonjour invite à l’échange, à la rencontre de l’autre. Grâce à son intonation, son volume ou son chanté, le bonjour vous permet de vous sentir reconnu(e) au sein du collectif. C’est une marque de respect et de reconnaissance sociale de l’autre.
Donc posez-vous la question : lorsque vous commencez votre journée de travail, est-ce que l’on vous dit « bonjour » ? Et QUI vous dit bonjour ? Votre manager ? Vos collègues de travail ? Votre équipe ? Et comment vous disent-ils « bonjour » ?

Dire bonjour c'est tout un rituel. Les français le font en se faisant une poignée de main ou deux bises sur les joues. Le contact physique est très apprécié en France. C’est tout l’opposé du Japon. La règle veut que l’on fasse une légère révérence sans aucun contact physique ni parole. En Bulgarie, c’est assez étonnant parce que la bise sera privilégiée à la poignée de main. Même chez les hommes !

Revenons en France. Est-ce que l’on vous dit un bonjour franc ? Ou est-ce un bonjour avec le regard fuyant ? Vous savez, ce bonjour furtif que l’on vous donne sans même vous regarder dans les yeux. J’y ai déjà eu droit. Probablement vous aussi. Très désagréable comme expérience. C'est comme si vous faisiez partie du décor...


Comme l'impression d'être une plante ou un mur. Ou les 2 à la fois !


Posez-vous surtout la question lorsque vous êtes fraîchement arrivé(e) dans une entreprise. L’absence de bonjour dans ce cas-là sera plus difficile à vivre car la coutume veut que l’on dise bonjour aux nouvelles têtes. Par politesse, curiosité ou courtoisie, les nouveaux salariés ont toujours droit à leur bonjour. Même de la part de personnes qui ne travailleront jamais avec eux. 

C'est bon signe :
Si votre manager vous dit tous les jours « Bonjour Elise ou Mamadou » - si vous vous appelez Elise ou Mamadou bien sûr ! - Encore mieux, s'il vous tape un High five !

C'est mauvais signe :
Si votre manager fait semblant de ne pas vous avoir vu(e). Chaque matin.



Question n°2 : Est-ce que l'on s'intéresse à moi ?



A chaque fois que vous intégrez une nouvelle société, vous redevenez « un newbie ». Une sorte de nouvelle espèce qui intrigue, attire la curiosité. Rien de plus normal. Vous êtes une nouvelle tête au sein de votre entreprise. Les gens sont curieux. Ils veulent savoir :

  • Qui vous êtes ?
  • Ce que vous faites comme travail ?
  • Ce que vous avez étudié avant ?
  • L’endroit où vous travailliez avant ?
  • Ce que vous aimez dans la vie ? Etc.


Les gens s’intéressent à vous ? C’est très bon signe. C’est en réalité le processus naturel lorsque l’on vit en communauté. Je dis toujours que la curiosité est un vilain joli défaut. Sans cette curiosité, nous n’aurions pas pu bâtir cette société d’entraide, d’échanges, de partage d’idées et de cultures.


Inconsciemment ou non, l'être humain cherche à créer un collectif. Il aime se réunir en communauté. Pour cela, il va s’intéresser à l’autre. Il va rechercher des points en commun pour construire ce lien avec l'autre. Vous n'avez jamais remarqué que les personnes avec lesquelles vous aurez de suite des points en commun sont celles avec lesquelles vous vous entendrez le mieux ?
L’intérêt que les gens portent à votre égard dans les premiers jours – je dirais même les premières minutes – est un très bon indicateur. Si votre manager vous pose quelques questions c’est qu’il souhaite que vous deveniez un membre à part entière du collectif. Il veut votre intégration. Et là vous pouvez être rassuré(e) !

C’est bon signe :
Lorsque votre collègue de travail, avec qui vous partagez votre bureau, vous fait un petit interrogatoire - pas un interrogatoire de police tout de même -.

C’est mauvais signe :
Lorsque vous êtes dans le même bureau que votre collègue et pourtant vous entendez uniquement le vent qui souffle. Toute la journée. Toute la semaine. Toute l'année. Tristesse de la vie.



Question n°3 : Est-ce que l’on me donne toutes les infos nécessaires à mon travail ?



C’est une question un peu difficile car elle demande un brin d'observation et d'analyse. Chaque détail a son importance. Observez bien tous ces petits détails car c’est là que vous trouverez la réponse.

Personnellement, j’identifie deux catégories d’information : 

  • Les informations purement « pratico-pratique ». Il s’agit des infos dont vous avez besoin pour utiliser le matériel mobilier et immobilier de l’entreprise. Concrètement, vous venez d’arriver, vous ne savez pas où se trouve la cantine. Ni la machine à café. Vous ne connaissez pas votre identifiant Windows. Ni votre mot de passe ni votre numéro de téléphone.
  • Les informations liées au relationnel. Ce sont toutes les informations que vous échangez lorsque vous êtes en interaction avec les autres. En sociologie, on appelle ça la communication interpersonnelle. Cela peut-être des infos sur un département de l’entreprise, la promotion d’un manager, les méthodes de calcul interne ou encore les horaires de disponibilité de la Directrice générale etc.


Toutes ces informations sont liées à votre travail sans vraiment l’être. Elles sont davantage liées au collectif. Mais ces infos sont très importantes car sans elles vous ne pouvez pas avancer sur votre projet. Sans ces infos, vous n’avez pas accès aux chiffres pour calculer votre pourcentage. Sans ces infos, vous ne pouvez pas donner de réponse à votre client. Mais comment faire lorsque Géraldine, Stéphane, Maurice ne vous donnent pas les infos que vous cherchez depuis des jours ? Comment faire si personne ne répond à vos appels ? 

" Gaston y a l'téléfon qui son et y a jamais person qui y répond ! "
Le Téléfon - Nino Ferrer (1967)


Bien souvent le travail en équipe échoue : non pas à cause du manque de connaissances métier mais à cause des problèmes de communicationPire encore : à cause de la rétention d’information. Vous savez, ces personnes qui font exprès de ne pas vous donner les infos dont vous avez besoin... Par jalousie, peur ou de manque de confiance en soi.

C’est bon signe :
Si votre manager vous met dans la boucle des emails concernant un projet sur lequel vous travaillez.

C’est mauvais signe :
Si votre manager vous apprend au dernier moment que votre projet est annulé alors qu’il était au courant depuis une semaine. Et vous avez travaillé dessus TOUT le week-end.



Question n°4 : Est-ce que l'on m'accorde du temps ?



Cette question va de pair avec la question précédente. Vous venez d'intégrer une nouvelle société, vous ne connaissez RIEN de votre nouvel environnement. C’est normal. Pour récolter des infos, vous avez prévu de rencontrer votre manager, le Directeur Financier ou bien la Responsable RH. Vous fixez donc des réunions avec ces personnes.

Vous : « Jeudi à 14h ? »
Lui/Elle : « Oui c’est parfait pour moi ! »

Finalement le jour J : PAF ! Ces personnes décommandent à la dernière minute pour les mêmes raisons - que vous avez sûrement déjà entendues - :

Lui/Elle : « Désolé j’ai une réunion hyper importante qui vient de s’ajouter »
Autre Lui/Elle : « Le boss veut absolument me voir. On reprogrammera le RDV ». 

C’est comme si vous étiez moins important(e) que LE boss. Comme si votre travail valait moins que celui du directeur financier, du directeur SI ou directeur RH - directeurs ou directrices d'ailleurs -.

C'est assez condescendant cette façon de se rendre hyper disponible dès qu’il s’agit d’une personne hautement placée dans la hiérarchie. Et à contrario, se transformer en Casper lorsqu’il s’agit de VOUS accorder un peu de temps.

Vous travaillez depuis longtemps dans votre société ? Vous ne serez pas pour autant dispensé(e) de ces actes non bienveillants. Restons dans l’exemple des réunions.
Vous organisez chaque semaine un point avec votre manager. L’objectif ? Parler de vos projets en cours et de leur état d’avancement. Et votre manager arrive TOUJOURS avec 15 minutes de retard. Et il clôt toujours la réunion 10 min avant l’heure de fin prévue. Cet exemple vous parle n'est-ce pas ? Vous savez, cette manière subtile sans aucune culpabilité d’expédier une réunion. Soit parce que ça l’ennuie, qu’il(elle) a envie d’appeler sa femme (son mari) ou qu’il aimerait revenir à ses dossiers.

Peu importe les raisons, votre manager ne veut vraisemblablement pas vous accorder du temps. Je suis sûre qu’il ne vous donne aucun signe de reconnaissance pour votre travail. Je me trompe ?

C’est bon signe :
Si votre manager répond présent à vos RDV.

C’est mauvais signe :
Si votre manager annule le RDV au dernier moment en vous expliquant : « Je ne serai pas là. Je n’ai vraiment pas le temps ». Sans excuses bien sûr.


Question n°5 : Est-ce que l'on relève les points positifs de mon travail ?



Je commence par une première chose : vous ferez des erreurs au cours de votre vie professionnelle. Que vous soyez jeune diplômé(e) ou que vous ayez 20 ans d’expérience. Que vous veniez d’arriver dans une nouvelle société ou non. Que vous soyez expert(e) ou non. C’est comme ça. L’erreur est intrinsèque à l’être humain. Nous sommes imparfaits eh oui !

Seconde chose : vous allez faire aussi de bonnes actions ! Une personne complètement nulle de A à Z, ça n’existe pas ! Vous allez pouvoir obtenir ce fameux partenariat, accroître le nombre d'abonnés Facebook de 50%, améliorer la qualité d’un produit, recruter la bonne personne en 1 mois, rédiger ce rapport trimestriel dans les délais prévus…
Vous voyez ces bonnes choses que vous faîtes. Est-ce que votre manager les voit aussi ? Est-ce que votre collègue de travail les voit ? Posez-vous la question. Parce que si vous ne recevez que des critiques négatives alors on sera très loin de la bienveillance décrite sur un site Internet.

En vérité, je vous le dis c’est impossible de ne faire que des choses négatives. Vous avez fait un calcul faux dans vos statistiques ? Vous avez sélectionné des candidats qui ne correspondent pas au poste ? Vous avez oublié de mettre une clause importante dans un contrat ? Ok vous avez merdé ! Mais ces erreurs ne remettent pas en question TOUT votre travail. Cela ne remet pas question TOUTES vos qualités. Cela ne remet pas en question TOUT votre potentiel à apprendre de vos erreurs. J’insiste !

Malheureusement, certaines personnes en entreprise ne l’entendent pas de cette oreille. Elles préfèrent se concentrer sur le négatif plutôt que sur le positif. Elles oublient que l’erreur fait partie de l’apprentissage. Rappelez-leur cela !
En réalité, c’est très malsain de ne faire que des critiques négatives. On dit que l’argent appelle l’argent. Et bien le négatif appelle le négatif. En développement personnel, on appelle cela la loi de l’attraction. A répétition, la critique négative va créer chez vous de la frustration, de la démotivation et de la dépréciation. A force de se concentrer sur le négatif,  vous allez faire entrer dans votre quotidien beaucoup plus de choses négatives. Bienvenue dans ce cercle vicieux dans lequel il sera difficile de s’en sortir
Souvent en entreprise, la critique négative est faite non pas pour vous tirer vers le haut, mais plutôt pour vous punir. Comme à l’école quoi. 


Seul(e) dans le couloir pour avoir trop rigolé ! Ça vous rappelle quelque chose ?


C’est bon signe :
Si on vous dit : « Baptiste, tu as fait plusieurs erreurs de calcul mais tu as su garder ton calme. C’est pas grave ça m’est déjà arrivé mais fais plus attention la prochaine fois ».

C’est mauvais signe :
Si on vous dit : « Tu n’y arriveras jamais Sophie ! Tu fais que des conneries ! C’est pas possible d’être aussi incompétente ! 
   


En conclusion :


La bienveillance est très liée au type de management développé au sein de votre entreprise. Est-ce que votre entreprise est bienveillante ? Pour le savoir, observez vos managers : ceux avec lesquels vous interagissez occasionnellement (N+2, Directeur) et ceux avec lesquels vous travaillez directement. Si vous n’êtes pas encore embauché(e) dans l’entreprise, posez des questions lors de l’entretien de recrutement : 

  • Vos managers ont quel type de personnalité ? 
  • Comment décririez-vous la/le manager de l’équipe que je devrais rejoindre ?  Comment travaille t-elle(il) avec son équipe ?
  • Comment réagit-elle/il lorsqu’un collaborateur commet une erreur ?
  • Comment se passe la journée d'intégration d'un nouvel arrivant ?

N’oubliez pas : il peut y avoir des managers bienveillants et des managers exécrables au sein de la même entreprise ! A nous de faire attention et de choisir notre future entreprise et surtout notre futur manager en connaissance de cause ! 





Articles recommandés

4 commentaires :

  1. Bonjour Roseline :)

    Très intéressant et bien écrit cet article! ahhh la bienveillance serait-elle en voie de disparition ?? quelles sont nos responsabilités quant au chemin que prends notre civilisation ? l'horizon est-il sombre et nuageux ? sommes-nous irrémédiablement attirés par une vision négative du monde qui se transpose dans nos attitudes? il était une fois l'Homme...

    Je te laisse méditer et peut-être répondre (en privée si tu le préfère ^^) à ce message fort énigmatique et teinté d'interrogations qui n'en sont peut-être pas (?)

    See ya !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant de questions pour un seul homme.. Je vois que cet article t'inspire Le bélier ! ^^
      Je ne sais pas si la bienveillance est en voie de disparition, mais en tout cas elle est bel et bien moins spontanée en entreprise..

      Supprimer
  2. De la bienveillance et remettre l'humain au centre de tout ... l'oasis dans le désert

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tellement rare de voir un oasis mais tellement en joie dès que l'on en rencontre un ! Tu l'as bien dit, remettre l'humain au coeur de nos décisions et de nos actes au quotidien. Mais en réalité, la bienveillance c'est assez simple (et peu coûteux) à mettre en place en entreprise. Il faut juste le vouloir VRAIMENT ! ^^

      Supprimer